27 janvier 2008

Quel animateur pour présenter le Sarko Show ?

L’information a fait l’effet d’une bombe la semaine dernière. Selon une information de nos confrères du journal L’Express (ouai, je sais, jme la raconte…), notre président, Nicolas Sarkozy le susnommé aurait pris la décision d’écarter les journalistes politiques PPDA et Arlette Chabot pour ses prochaines interviews. « Mais qu’est ce que vous leur avez fait, ils étaient complètement endormis, ils ne m'ont posé aucune question. Moi j’ai besoin de répondant ! » aurait lancé le petit homme dans la fougue qui le caractérise. Une décision surprenante qui tranche une fois de plus avec les habitudes de nos anciens présidents, à savoir communiquer dans la plus grande tradition, avec des codes et des valeurs. PPDA et Arlette Chabot, véritables mammouths de la profession restent pourtant aux yeux de tous les plus compétents pour ce genre d’exercice.

Qu’on se le dise, notre président « pipole » veut des strass et des paillettes. Il aurait d’ores et déjà missionné l’Elysée de trouver un journaliste dynamique à sa mesure, prouvant une fois de plus que l’indépendance des médias n’est qu’une illusion à laquelle les français veulent croire. Si les noms de Claire Chazal, Anne-Sophie Lapix ou Harry Roselmack sont les plus communément avancés, j’ose espérer que comme à son habitude, notre président verra plus grand. Parce que je suis un bon citoyen, je vous propose ici d’élire démocratiquement le prochain intervieweur présidentiel. Lançons ensemble le grand concours « Quel animateur pour présenter le Sarko Show ? » Envoyez le nom du candidat par SMS au 3462 ou par téléphone au 3280 (3€34/minute TTC hors coup éventuel de l’opérateur).

Nikos Aliagas. Véritable showman à l’américaine saupoudré d’une touche latino grecque qui fait fondre la ménagère de moins (et aussi de plus) de 50 ans, Nikos s’inscrit comme le favori dans cet appel d’offre. Pro du lancement de séquence le doigt tendu vers la foule et le genou plié tel un rocker des années 70, l’homme peut compter sur un plateau de 2000 m², de 4 écrans géants et d’une capacité d’accueil de 2000 personnes âgés de 12 à 14 ans. Je le vois d’ici. Notre président ferait son entrée suspendu dans le vide par deux élastiques, une guitare à la main au son des mix de DJ Abdel sur une chorégraphie de Kamel Ouali (c’est aussi ça la diversité). Devant un jury imperturbable et une foule en délire, il commencerait alors son discours par « Mais qu’est ce que l’on me demande à moi ? Je ne vais pas changer le France en trois mois… » avant de se faire couper pour une page de pub. Le concept a été déposé sur le bureau d’Endemol et semble pour le moment être en pole position.

nikos_aliagas2

Bataille et Fontaine. Attention, Nikos a du mouron à se faire. Face à lui, deux gros challengers injustement mis à l’écart du PAF par TF1 la saison dernière. Car depuis, Laurel et Hardy sombrent dans les méandres de la TNT avec un concept d’émission improbable. Valeurs sûres de notre génération, Bataille et Fontaine, amis à l’écran comme dans la vie reviendraient au premier plan avec un concept qui a déjà fait ses preuves. Le décor est planté. Derrière un imposant rideau et appuyés par des témoignages-conseils d’anonymes choisis aléatoirement dans la rue, notre président devrait prendre ses décisions politiques, la larme à l’œil (incontournable sur TF1, la larme est savamment mis en scène par des musiques tristes et des gros plans sur un nez rouge coulant de morve). L’idée est ici aussi d’assener le président de questions d’ordre privées (il parait qu’il en raffole), auxquelles il répondrait le plus naturellement préparé du monde : « Je crois que ma vie privée [Silence plus tic de l’épaule] n’intéresse pas les français. » Une initiative qui verrait aussi le retour à l’emploi de Sam, célèbre mannequin garde du corps muet chargé d’accompagner l’invité, le bras tendu vers le plateau.

content

Adepte d’un retour à la France d’avant, celle où le facteur était l’ami de la famille, qui ne risquait pas de se faire voler son vélo par un immigré, Jean-Pierre Pernaut pourrait se positionner comme le candidat anti-rupture. Celui qui s’insurgerait davantage contre l’abandon du numéro du département sur les plaques d’immatriculation que contre la misère au Darfour. Il faut dire que le présentateur préféré des français entre parfaitement dans le cahier des charges de ce futur intervieweur. Et puis il a déjà fait ses preuves. Chaque jour à 13h il revient, pour le plus grand bonheur de millions de français sur le travail bien fait du gouvernement mais surtout de la police, engagée dans une lutte de tous les instants contre les « jeunes »…ouhouhou !! Rien qu’à la lecture de ce mot, j’en ai froid dans le dos.

8b80be3756e71e7edb5f906cbf3bc100

Guy Carlier et Pierre Mènes.  Un duo de choc face auquel Sarko ne ferait pas le poids (elle est facile et petite celle-la). Le premier se lancerait dans des chroniques assassines « limites hors jeu » dans lesquelles il taperait en sus sur Bernard Mendy. L’autre se montrerait comme à son habitude nonchalant, bougon et sur de lui, cassant du sucre sur le dos de…Bernard Mendy. Le formidable duo serait complété par la touche technico-tactique d’un grand spécialiste politique : Philippe Lucas, « épissétou ».

content pierre_menes

Arthur featuring Michel Drucker. Cette solution semble la moins compétitive mais étrangement la plus probable à la vue des relations familiales du chef d’état avec Martin Bouyges, actionnaire de TF1.  Le concept est là encore tout trouvé. Assis sur le fameux canapé rouge avec ses amis « pipole » invités chaque semaine dans l’émission (les Bronzés, Enrico Macias, Laurent Gerra, Faudel…), Sarko se verrait poser des questions personnelles, au bord de la petite larme le temps d’une chanson à la guitare avec Maxime Le Forestier. Mais là où l’on innove, c’est lorsque le « comédien figure internationale du One Man show à l’américaine » Arthur lancerait des séquences « casseroles » sur l’adolescence de notre président. On y verrait le jeune Sarkozy dans une pub pour une marque de lessive ou un téléfilm improbable donner la réplique à Elie Semoun sous l’euphorie générale d’une foule acquise à sa cause. Eric et Ramzy viendraient alors en plateau entamer une bataille de mousse à raser en courant autour de la table.

arthur_reference drucker

Et enfin, pour le fun, la candidature de Cauet vient de nous parvenir. On me souffle dans l’oreillette que le Picard vient de déposer le concept du fauteuil et du doigtier rouge qui mesure les pulsations cardiaques. Cette candidature présente l’avantage de savoir si le président est sincère dans ses déclarations. Pour pimenter le tout (ben ouai, on est sur TF1), notre invité se verrait contraint de réaliser des défis tous plus fous les uns que les autres, tels que danser la Tecktonik, embrasser Cécile de Ménibus dans le décolleté ou encore improviser une chorégraphie sur YMCA avec Cartman et Miko.

Sans_titre

Vous l’aurez compris, la concurrence est sévère. Il est vrai que face à une telle offre, PPDA et Arlette Chabot peuvent  aller se rhabiller. Si personnellement je serais favorable à la nomination d’un véritable journaliste politique impartial tel que Jean-Michel Apathie, Léon Mercadet ou Caroline Roux, j’ai bien peur que les instances que j’ai contribué à indirectement élire soient d’un autre avis.

Posté par maxime1984 à 12:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Quel animateur pour présenter le Sarko Show ?

Nouveau commentaire